Embuscade à Paklai

Publié le par Véro

Nième tour en tuk-tuk avant l'arrivée dans une sympathique guesthouse située sur les bords du Mékong. Je suis arrivée peu après 13h et à jeun. Si j'avais su ce qui m'attendait, j'aurais anticipé les événements autrement. En effet, les deux propriétaires âgés d'une bonne cinquantaine d'années m'ont tout juste laissé le temps de poser le sac avant de m'inviter à leur table. J'avais encore les jambes toutes engourdies par le trajet et les cheveux plein de poussière mais je ne pouvais pas refuser.
 A Paklai aussi ils fêtaient la fin de la saison des pluies, ainsi j'ai pu assister directement depuis la guesthouse aux courses de pirogues avec les hommes cette fois ci.

 

Laos-part-II 0143

Laos-part-II 0126

 

Les propriétaires tout heureux de pouvoir parler quelques mots de français, qui plus est avec une personne typée asiatique, ne m'ont pas lâché. J'ai pu croquer deux morceaux de canard avec un peu de salade de papaye (très bon mais plus épicé que ce plat, tu meurs!) et c'était parti pour la bière lao.

 

Laos-part-II 1504

 

En tant qu'invitée, ils ne laissaient jamais mon verre vide. Quand je dis jamais, c'est jamais. Sachant que la coutume veut en plus que l'un d'eux me serve un fond de verre (comme ci-dessus), puis il se sert la même chose et hop cul sec pour les deux. Evidemment, toutes les personnes ont souhaité trinquer avec moi sinon ça n'aurait pas été sympa. Au cours de cette après-midi j'ai donc enrichi mon vocabulaire notamment avec un peu (= nok noi) et cul-sec (=sang keo).
La guesthouse avait de nombreux invités et ils semblaient heureux que je sois là. Résultat, ils m'ont présenté à tous leurs amis, ce qui était fort sympathique sauf qu'à chaque fois que j'arrivais à une table: paye ta bière un peu...

 

Laos-part-II 0129

Laos-part-II 0125

 

Entre deux poses photo (je ne sais pas ce qu'ils ont avec ma tête mais il fallait absolument que chacun me prenne en photo avec son appareil ou son portable), les bières arrivaient par salves successives sur la table. Le fil rouge interminable, quelle embuscade sympathique.

 

Laos-part-II 0133

Laos-part-II 0136

 

Dès que l'on sort un peu des endroits ultra touristiques, on a la chance de rencontrer des laotiens chaleureux et qui ont le sens de l'accueil.
Quelques heures après le début de cet apéritif corsé, j'ai réussi à prendre mon ticket de sortie pour une bonne sieste bien méritée.

 

Publié dans Laos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article