Retour laborieux à Vientiane

Publié le par Véro

Levées aux aurores, Shantel et moi même sommes allées à l'embarcadère en espérant y prendre un slow boat. J'étais au taquet, en mode j'étais capable de demander en laotien s'il y avait un bateau pour Vientiane...peine perdue. A chaque fois que je posais la question ils me répondaient qu'il n'y avait pas de slow boat. Après avoir demandé à de nombreuses personnes, nous avons dû nous rendre à l'évidence: plus aucun bateau de passager ne redescendait le Mékong jusqu'à la capitale. Certainement parce que le bus est plus rapide et moins onéreux. Je rêvais de ce trajet, tant pis direction la gare routière.


Là j'ai pris un café laotien, le meilleur que j'ai eu la chance de boire, servit comme le veut la coutume avec un verre de thé. Il m'a permis d'oublier ma deception.

 

Laos-part-II 1509

 

Notre bus était déjà là et nous devions patienter une heure avant le départ. Les laotiens ont chargé de nombreux sacs de riz dans l'allée du bus pendant que Shantel attirait de nombreux regards en me faisant une sorte de petit bracelet. Il s'agit du type de bracelet que l'on peut faire en scoubidou, mais les laotiens ne semblaient pas connaitre et ils ouvraient grands les yeux en la regardant!

 

Laos-part-II 0168

Laos-part-II 0167

 

En route...pas pour longtemps. Cinq minutes après le départ, nous avons dû nous arrêter à un poste de police où tout le monde devait payer l'équivalent de 20 centimes d'euros (je n'ai pas compris pourquoi, bref). Evidemment lorsque ce fut notre tour, le policier m'a demandé le double. Comme je m'y attendais, je suis restée tranquille et j'ai fait comme si je ne comprenais pas ce qu'il me demandait. Puis je lui ai tendu la même somme que les laotiens en annonçant le montant en laotien, il a fini par céder. Je dis stop au racket!
Puis le bus a été chargé sur une barge afin de traverser le Mékong que nous allions suivre jusqu'à Vientiane. C'est à ce moment là que j'ai remarqué qu'il était équipé de pneus Michelin: il ne faisait aucun doute que nous arriverions à bon port!

 

Laos-part-II 1513

Laos-part-II 1515

 

S'en est suivi le plus long trajet en bus du Laos: plus de 8h à subir les nids de poule bien trop nombreux ainsi que la poussière soulevée par notre passage. Le plus démoralisant c'est lorsqu'on apercevait la Thailande juste de l'autre côté du Mékong parce que l'on voyait les voitures y rouler sur une route à la fois droite et goudronnée.Deux pays, deux vitesses! Pour une fois j'étais contente de ne pas voyager seule parce que le temps semblait ne pas s'écouler. Juste avant que la nuit ne tombe, nous étions arrivées à Vientiane, la capitale du Laos.

Publié dans Laos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article